Les travaux de rénovation de bâtiment requièrent, parfois, une démolition totale ou partielle de celui-ci. Selon l’importance de la surface à restructurer, le matériau ainsi que l’environnement, les méthodes diffèrent. D’un côté, il y a la démolition manuelle (le dérasement et le sapement). De l’autre, on retrouve la démolition mécanique qui nécessite l’utilisation d’engins dans le processus.

La destruction manuelle d’un édifice

Il s’agit du dérasement et du sapement. Le premier a pour principe de détruire l’ouvrage de haut en bas. L’objectif étant de parvenir à la destruction, tout en assurant la protection des logements environnants. Quant au sapement, lui, se définit comme étant l’inverse du premier procédé. La démolition se fait, en plaçant puis en brûlant des cales en bois à la base du bâtiment. Une méthode à proscrire pour la sécurité des biens aux alentours.

Les solutions mécaniques

Ce sont la méthode du godet, l’utilisation du bulldozer, la méthode de la pince à démolition et enfin, le découpage.

La méthode du bulldozer

Également connu sous le nom de bouteur, le bulldozer est l’engin par excellence pour des travaux de destruction. À la différence des autres tracteurs, il est armé d’une lame orientable. Celle-ci va exercer une pression sur les matériaux, ce qui facilitera la démolition. Toujours, grâce à l’engin, vous pourrez vous débarrasser des gravats, en les mettant dans un camion-benne. Le seul inconvénient, c’est que cette méthode ne peut s’appliquer aux constructions de moins de 3m de haut.

La méthode de la pince de démolition

Vous prévoyez de démolir une surface en béton ? Optez pour la pince de démolition. Elle est équipée de mâchoires universelles en U ou en S. Cette technique met en évidence le broyage des matériaux. Elle permet d’abattre du béton armé, de transcender différentes matières comme l’acier.

La méthode du godet et du croc

Cette méthode est préconisée pour les constructions basses qui sont sensibles à la traction. Il suffit alors d’agir sur le centre de gravité du bâtiment. Cela s’effectue soit par choc (en secouant la maçonnerie), soit par poussée (en bousculant l’édifice) soit par traction (en tirant sur la construction). Croc à béton et pelles à godet sont parfaits pour venir à bout des murs de briques et de parpaings.

La démolition par découpage

Cette option est prescrite, dans la mesure où l’on a affaire à la démolition partielle d’une surface. Dans le cas où aucune vibration n’est tolérée, une grande précision est requise.

On a alors recours à la scie, à l’hydro démolition (par projection de jet d’eau à très haute pression) ou encore au diamant (synthétique ou serti). Ces engins admettent le découpage et la perforation de matériaux aussi bien tenaces que tendres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici