Suite à la 130e session du comité international olympique au Pérou le 13 septembre 2017, il a été prononcé officiellement que les prochains Jeux Olympiques d’été 2024 se tiendront à Paris. Ce sera alors une troisième fois dans l’histoire de la France, un siècle exactement après la deuxième en 1924. 

Un engagement persuasif

En effet, Paris dispose déjà d’équipements de haut niveau pour recevoir des événements d’envergure internationale tels que les Jeux Olympiques. Par rapport à d’autres pays d’accueil, le budget global des préparatifs est largement inférieur (estimé à quelque 6 milliards d’euros seulement contre des dizaines pour les pays asiatiques). Le monde n’en attend cependant pas moins de la capitale française. Des facteurs déterminants ont poussé Paris au premier rang, notamment le souci du respect de l’environnement : une convention sur la réduction de carbone lors des Jeux Olympiques, entre autres par l’utilisation massive d’énergie verte et de matériaux écologiques. Sur place, les stades, les vélodromes, la base nautiques, le terrain de tennis et les autres infrastructures sportives sont quasiment valides, mis à part quelques rénovations ainsi que d’autres projets d’amélioration des lieux.

Les réhabilitations à faire

Héberger des sportifs et des supporters du monde entier est un défi grandiose déjà relevé par la capitale française. Un peu moins d’une trentaine de disciplines sportives sont au rendez-vous du 26 juillet au 11 août 2024. La plus grande tâche est d’une part la restitution du Village Olympique, situé entre Saint-Denis, l’Île-Saint-Denis et Saint-Ouen, occupant une surface de 119 000 m2 et abritant environ 3 500 logements.

Les travaux, en cours depuis cette année 2019, devront prendre fin en septembre 2023. L’architecture du Village Olympique ressort un design moderne avec ses bâtiments vitrés, ses larges chemins ornés de verdure ainsi que ses agréables terrasses. Il sera desservi par le métro, moyen le plus rapide pour les déplacements vers la capitale.

D’autre part, le centre aquatique de La Plaine Saulnier fera aussi l’objet de grands travaux : la capacité du centre sera élargie à 15 000 places lors des Jeux Olympiques. Sans oublier, bien sûr, le réseau de transport pour faciliter l’accès. Des constructions sont aussi nécessaires pour compléter le tout : un autre village qui sera implanté à Dugny et une deuxième arène à Bercy.

Réorganisation et révolution

Principalement, Seine-Saint-Denis connaîtra un essor urbain des plus considérables issu de ces travaux : les routes y seront aménagées, les réseaux de transport élargi (mise en place du nouveau métro Grand Paris Express), les logements bien entretenus, et par tous les moyens instaurer des systèmes de confort de haut standing dans les logements, dans les rues, dans les transports en commun, etc. Une réorganisation des programmes est ainsi en cours face à tous ces travaux de réhabilitation et de constructions. Vers fin 2020, lorsque tous les sites seront plus ou moins déterminés, une carte définitive sera publiée avec les lieux respectifs où se dérouleront toutes les compétitions. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici