Les secteurs de la construction et du bâtiment redémarrent lentement. En effet, à cause de la pandémie du COVID-19, la majorité des entreprises du BTP, 85% plus précisément, ont dû arrêter leur activité dès le 17 mars. Mais après 55 jours de confinement, l’État souhaite redynamiser l’activité économique et a donné le feu vert aux entreprises du bâtiment pour reprendre leurs chantiers, à une seule condition : respecter les mesures sanitaires. Mis en place par l’OPPTBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) sous un “guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la reprise de l’activité”, découvrez dans cet article, les différents gestes d’hygiène et de protection à adopter pour se protéger sur les chantiers. 

Mettre des produits d’hygiène à disposition des employés du BTP

Les entreprises de gros oeuvre et de second oeuvre doivent mettre à disposition de leurs employés de multiples fournitures afin qu’ils respectent les consignes sanitaires. Tout d’abord, placer des gels ou solutions hydroalcooliques à proximité des lieux fréquentés (bureau, ateliers…). Ensuite, fournir au personnel des lingettes désinfectantes, des essuie-mains jetables et des poubelles à pédale empêcher le virus de se propager. Enfin, mettre à leur disposition des produits désinfectants comme de la Javel ou de l’alcool à 70° afin de nettoyer les zones de contact.

Respecter les gestes barrières dans les chantiers

Pour éviter toute contamination du COVID-19 et protéger l’ensemble du personnel, il est primordial de respecter les gestes barrières. Parmi celles-ci, l’obligation de laisser une distance minimale d’un mètre entre les personnes afin d’éviter tout contact physique. Par ailleurs, l’accès à un point d’eau (par exemple dans la base-vie ou dans un bungalow) est incontournable pour le lavage des mains à l’eau et au savon liquide. Il est vivement recommandé de se rincer les mains toutes les deux heures pour limiter les risques de contagion. Enfin, toute personne doit éternuer ou tousser dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique. 

À lire aussi : 8 conseils pour sécuriser un chantier

Porter les équipements de protection individuelle (EPI)

Le port d’EPI est obligatoire pour certains travaux de chantier comme ceux en hauteur afin d’assurer la sécurité des ouvriers. Aujourd’hui, à cause de la pandémie du coronavirus, le port de certains équipements est devenu indispensable dans les chantiers. En effet, le personnel doit utiliser des gants de travail usueldes lunettes et un masque, si la distance d’un mètre n’est pas respectée ou si les travaux sont réalisés chez une personne malade. 

Comment porter efficacement un masque dans un chantier ?

Le port du masque est fortement conseillé voire même obligatoire dans certaines situations comme expliquées ci-dessus. Pour l’utiliser de manière efficace, il faut suivre une certaine méthodologie :

  • Se laver les mains à l’eau ou au gel hydroalcoolique avant de prendre le masque
  •  Vérifier le côté extérieur (mention imprimée) et le sens du masque (barrette nasale vers le haut)
  • Passer les élastiques derrière la tête ou derrière les oreilles
  • Pincer la barrette nasale pour l’ajuster sur le nez
  • Vérifier que le masque couvre bien le menton, la bouche et le nez
  • Contrôler l’étanchéité du masque en couvrant le masque avec la main et en inspirant. Celui-ci doit s’écraser sur le visage.

Une fois le masque porté, il est déconseillé de le toucher. En cas de contact, se laver rapidement les mains à l’eau ou au gel hydroalcoolique. 

Désinfecter régulièrement les surfaces et lieux communs

Comment se transmet le virus et comment désinfecter les surfaces ? 

Le virus se transmet principalement d’une personne à un autre par le biais de gouttelettes se trouvant sur des objets ou des surfaces autour de la personne malade. Ainsi, pour assurer la santé des employés, le nettoyage quotidien des espaces collectifs (bureau, dépôt, ateliers…) est indispensable à l’aide de désinfectants comme la Javel, l’alcool à 70° ou encore de l’Anios Oxy’floor. En effet, l’entreprise de BTP doit mettre en place un système de désinfection régulière (toutes les deux heures par exemple) sur les zones de contact les plus touchés (poignées de porte, tables, clavier, boutons…).

Par ailleurs, les engins de chantier et les outils doivent également être nettoyés tous les jours notamment dans les zones de contact comme le volant, la télécommande ou encore le levier de vitesses.

Informer et avertir le personnel du BTP

Avant la reprise de l’activité, il est primordial d’informer et de prévenir tous les salariés des différentes consignes et des éventuels risques du COVID-19 afin de respecter au maximum les règles d’hygiène. Plusieurs méthodes sont possibles pour y arriver : 

  • Mettre en place des affiches visibles de prévention dans les bases-vie, bureaux, ateliers…
  • Organiser des réunions (à l’air libre de préférence) à chaque début et fin de journée avec le personnel.
  • Réaliser des briefings chantier régulièrement dans la journée avec les différents salariés (aux pauses de travail, à la pause-repas…).

En cas de besoin, l’entreprise de BTP peut également désigner un référent COVID-19 sur le chantier afin d’organiser ainsi que coordonner les actions à mettre en œuvre et à respecter. Ce référent peut être un maître d’œuvre, chef de chantier ou encore un représentant du personnel. 

En résumé, voici les règles sanitaires à respecter dans les chantiers de BTP afin d’assurer la santé des travailleurs et d’éviter la propagation du coronavirus : 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici