La démolition d’un bâtiment est une opération qui peut s’avérer nécessaire pour plusieurs raisons. En effet, elle est indispensable avant une reconstruction ou lorsque le bâtiment devient trop vieux et dangereux par exemple. Mais, quel que soit le motif d’une telle manœuvre, il faut savoir qu’il existe une procédure à suivre. Vous désirez comprendre comment s’organise la destruction d’un tel édifice ? Tout ce qu’il faut savoir est dans ce contenu.

L’obtention du permis de démolition

Le permis de démolition est un document incontournable à toute action de déconstruction. Il n’est pas obligatoire, mais certaines communes exigent que vous en ayez un avant d’entamer des travaux de ce genre. De même, lorsque l’habitation est située à proximité d’une réserve ou d’une zone protégée, l’obtention d’une autorisation est essentielle. La demande se fait auprès de la mairie et passe par le remplissage du formulaire Cerfa n°13405. Ce dernier doit contenir un plan de situation, un plan de masse, une photographie et le détail de l’ouvrage.

D’autres informations telles que les coordonnées du propriétaire et l’emplacement de la parcelle doivent aussi y figurer. Pour remplir correctement ce papier, il est important de faire certains diagnostics.

Les diagnostics préalables à la déconstruction

Avant le début des opérations de démantèlement, il est nécessaire de faire un diagnostic d’amiante et un diagnostic de plomb. Ceux-ci permettront d’assainir le chantier et de protéger les artisans et autres usagers du site. De plus, il faudra faire une étude pour connaître l’état de la construction à détruire. Cette évaluation mettra en avant les points faibles et les points forts du logement ou de l’immeuble. Grâce à cela, il sera plus aisé de choisir une technique de déconstruction présentant moins de risques pour les travailleurs. Les diagnostics ont donc pour rôle d’empêcher les accidents et de protéger la main-d’œuvre intervenant sur le projet.

Choisir une technique de démolition adaptée

Il existe plusieurs méthodes permettant de démolir une bâtisse. Certaines sont dites manuelles, d’autres mécaniques et les dernières complexes. Dans la catégorie manuelle, on retrouve le dérasement et le sapement. Le premier détruit du haut vers le bas et le second du bas vers le haut. Les techniques mécaniques utilisent des engins tels que la pelle, le bouteur et la pince. Quant aux procédés complexes, ils regroupent le découpage, l’expansion et les explosifs. La sélection d’une option dépendra des aléas de chacune d’elles, des objectifs de désintégration et de l’état des fondations.

Faire appel à un bon prestataire

Une fois toutes les étapes précédentes franchies, il faut faire appel à une bonne entreprise de destruction. C’est d’ailleurs la dernière phase du processus. La capacité de l’établissement à mener à bien cet ouvrage devra être prise en compte. En outre, il faudra s’assurer que le prestataire est à même de déblayer, gérer et décontaminer les gravats. Par ailleurs, il faut que le professionnel chargé de mener à bien cette tâche ait de l’expérience. Ce critère s’avère d’autant plus important qu’il faut des connaissances poussées pour utiliser, par exemple, un explosif sans danger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici